• العربية
  • English
  • Deutsch

Equipe Nationale De La Communication Externe - Yémen

  • العربية
  • English
  • Deutsch

LA SITUATION HUMANITAIRE – Janvier 2022

  1. En décembre, le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé une réduction de l’aide alimentaire à 8 millions de Yéménites. Il a réduit ou fermé ces dernières semaines d’autres programmes vitaux, notamment les services d’eau, de protection et de santé génésique, sous prétexte du manque de financement.
  2. Plus de 16 millions de citoyens ont besoin d’une aide humanitaire pour 2022, a déclaré le PAM qui était en revanche responsable d’une aide humanitaire, fourni sous forme d’un envoi transportant 250 000 sacs de farine pourrie, qui ne répondent pas aux critères et normes applicables.
  3. Deux autres navires appartenant au PAM sont arrivés au port de Hodeïda, le premier transporte 12 000 tonnes, équivalant à 205 000 sacs de farine avariée en provenance de Turquie. Lorsque la quantité a été examinée, il s’est avéré qu’elle était expirée et contenait des insectes.
  4. Dans la cour portuaire, il y a aussi 333 conteneurs de légumineuses importés des Etats Unis par le PAM. Mais après en avoir examiné le contenu, on y a trouvé des insectes, un changement de couleur et de la moisissure dans les conteneurs.
  5. La mission MSF affirme que la situation au Yémen s’aggrave chaque jour, que la famine au Yémen pèse lourd sur le pays, et que la guerre qui dure depuis sept ans a affecté l’économie et affaibli le fragile système de santé.
  6. Les pays de la coalition continuent sa piraterie contre les navires en empêchant les dérivés du pétrole et les produits alimentaires et pharmaceutiques d’entrer dans le pays, ce qui a un impact grave sur la vie des citoyens. Face à cela, l’ONU, qui est l’organisme international chargé de faciliter l’entrée des importations de produits de base, n’a adopté aucune position sérieuse et concrète. Et malgré sa reconnaissance de l’aggravation de la situation humanitaire exacerbée par de graves pénuries du carburant, et malgré son engagement de garantir l’acheminement des produits essentiels, l’ONU n’a rien fait et sa position partielle reste honteuse.
  7. Des appels de détresse urgents ont été lancés à la communauté internationale et aux organisations et syndicats internationaux concernés pour qu’ils s’acquittent de leurs fonctions et s’efforcent de jouer leur rôle en prenant des mesures tangibles qui permettraient l’entrée des pétroliers. Vu les souffrances des citoyens causées par l’agression et le siège, ces appels ont exhorté l’ONU à faire son devoir et à assumer sa responsabilité humanitaire pour laquelle elle a été créée. La moindre chose qu’elle peut faire est de libérer rapidement les pétroliers détenus afin d’éviter une catastrophe humanitaire imminente qui menace d’arrêter les secteurs des services dans le pays.

Close