• العربية
  • English
  • Deutsch

Equipe Nationale De La Communication Externe - Yémen

  • العربية
  • English
  • Deutsch

LA SITUATION ECONOMIQUE – Novembre 2021

  1. Le dossier des salaires interrompus depuis le transfert du siège de la Banque centrale de la capitale Sanaa à la ville d’Aden en août 2016, est toujours dans l’impasse. Par ailleurs, la coalition des pays en guerre contre le Yémen continue de détruire tous les aspects de la vie dans le pays. Elle vise notamment le secteur économique dans le but d’affamer les Yéménites et doubler les souffrances humanitaires.
  2. Ca fait plus de six ans que les enseignants continuent d’exercer leurs fonctions sans salaire pour assurer la continuité du processus éducatif, bien qu’ils vivent dans des conditions déplorables et catastrophiques. Le système éducatif peut donc s’arrêter complètement si les salaires ne sont pas payés, et dans ce cas, l’ONU porte l’entière responsabilité de ne pas leur fournir de salaires minimums pour garantir la poursuite du processus éducatif.
  3. Les taux de change de devises étrangères ont enregistré en novembre une hausse accélérée face au riyal yéménite dans les régions du sud du Yémen, occupées par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, mettant des millions de personnes dans l’insécurité alimentaire. Le prix du dollar américain a dépassé la barrière des 1600 riyals yéménites, et le riyal saoudien a grimpé au-dessus du niveau de 400 riyals yéménites, tandis que le taux de change est resté stable dans les zones du gouvernement de Salut national de Sanaa, à une moyenne de 600 riyals pour un dollar.
  4. En raison de l’effondrement continu de la monnaie locale dans les zones occupées par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, les citoyens se tournent vers les devises étrangères dans leurs envois de fonds, et la commission du transfert financier entre Sanaa et Aden a dépassé 150%.
  5. Les manifestations se sont intensifiées dans toutes les provinces du sud du Yémen occupées par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, dénonçant le déclin économique et l’effondrement de la monnaie locale. Elles étaient accompagnées de la fermeture de la plupart des magasins, des banques et des boulangeries, ainsi que de la suspension des bureaux de change et de transfert de fonds.
  6. Le Programme des Nations Unies pour le développement a estimé les pertes subies par le Yémen pendant six années de guerre à 126 milliards de dollars de croissance économique potentielle.
  7. Le Programme alimentaire mondial (PAM) a déclaré que les prix des denrées alimentaires dans les zones dirigées par le gouvernement de Hadi ont augmenté de plus de 90% depuis le début de l’année 2021.
  8. La compagnie pétrolière de Sanaa a déclaré que les pertes directes de l’économie dues à la différence de coût d’obtention du carburant dépassent 600 millions de dollars depuis le début de 2021, tandis que les pertes indirectes dépassent 12 milliards de dollars.
  9. La crise du carburant se poursuit dans diverses provinces yéménites, en particulier dans le sud du Yémen, qui est sous le contrôle de l’occupation saoudo-émiratie, avec une baisse significative de l’offre et une hausse record des prix. De ce fait, on continue de voir des longues files d’attente devant les stations-service dans plusieurs villes du sud.
  10. Les ports pétroliers des provinces du sud sous contrôle de l’occupation saoudo-émiratie connaissent un mouvement actif d’exportation de pétrole au cours de ce mois. Plus de 3,1 millions de barils de pétrole sont vendus à l’étranger sans que leurs revenus n’entrent dans le budget de l’État. Il s’agit d’une corruption intentionnelle pour piller les ressources de l’État en pétrole brut, alors que cela aurait pu suffire à payer les salaires des fonctionnaires.
  11. Les navires pétroliers continuent d’être détenus et empêchés d’entrer dans le port de Hodeïda par la coalition des pays en guerre contre le Yémen, malgré leur obtention des permis délivrés par l’ONU.

Close