• العربية
  • English
  • Deutsch

Equipe Nationale De La Communication Externe - Yémen

  • العربية
  • English
  • Deutsch

LA SITUATION ECONOMIQUE- Décembre 2021

  1. Une autre année s’écoule et la crise des salaires se poursuit pour la sixième année consécutive: les fonctionnaires de l’Etat restent toujours sans salaire depuis le transfert du siège de la Banque centrale de la capitale Sanaa à la ville d’Aden en août 2016. Cette crise ne cesse de jeter son ombre sur le paysage économique au Yémen qui connaît la pire crise humanitaire au monde en raison de la guerre continue, menée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis et leurs mercenaires.
  2. La catastrophe humanitaire au Yémen a été exacerbée par le blocus économique -imposé par les pays d’agression- qui a aggravé davantage les souffrances des citoyens et augmenté le taux de chômage et de pauvreté dans tout le pays.
  3. Les manifestations ne cessent de s’intensifier dans toutes les provinces du sud du Yémen occupées par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, dénonçant l’effondrement de la monnaie locale, la hausse des prix, l’interruption de salaires et la détérioration des conditions de vie.
  4. En décembre, les prix de change de devises étrangères par rapport au riyal yéménite ont enregistré une hausse, après quelques jours de baisse dans les régions du sud du Yémen, occupées par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Le prix du dollar américain a atteint 1000 riyals yéménites, tandis que le taux de change est resté stable dans les zones du gouvernement de Salut national de Sanaa, à une moyenne de 600 riyals pour un dollar.
  5. Les protestations de manifestants n’ont cessé de s’intensifier dans toutes les provinces du sud du Yémen, dénonçant l’effondrement de la monnaie locale, la hausse des prix et la détérioration des conditions de vie. Elles étaient accompagnées de la fermeture de la plupart des magasins, des banques et des boulangeries, ainsi que de la suspension des bureaux de change et de transfert de fonds.
  6. Avec la détérioration du secteur économique, l’interruption de salaires, l’effondrement des taux de change et l’aggravation de l’insécurité alimentaire, des millions de Yéménites n’ont plus les moyens de se nourrir. En même temps, le soi-disant gouvernement de Hadi, soutenu par la coalition, continue de piller les revenus d’exportation de pétrole brut, et ces revenus sont estimés, au cours de l’année 2021, à 1,76 milliard de dollars. Il s’agit d’une corruption délibérée visant à piller les ressources pétrolières de l’État.
  7. La crise du carburant se poursuit dans diverses provinces yéménites, en particulier dans le sud du Yémen, qui est sous le contrôle de l’occupation saoudo-émiratie, avec une baisse significative de l’offre et une hausse record des prix. De ce fait, on continue de voir des longues files d’attente devant les stations-service dans plusieurs villes du sud.
  8. La Compagnie pétrolière yéménite à Sanaa accuse la coalition militaire de continuer à détenir des navires-citernes au large des côtes de Jizan, malgré leur inspection et leur obtention de permis délivrés par les Nations Unies, et ce, sous prétexte de droits de douane payés aux employés, sachant que cela ne couvre même pas 5% du salaire mensuel.

Close